L’économie change. Vive la culture de choix !





Rédigé dans le train, entre Budapest (Hongrie) et Cluj-Napoca (Roumanie). 7 heures de voyage, c’est bon pour l’inspiration…

Le passage d’une économie de média à une économie de niche est l’un des changements les plus fascinants que l’on vit en ce moment même.

L’économie de média, ou la culture de masse

La plupart des lecteurs de ce blog ont connu la période où les seules sources d’informations disponibles étaient six chaînes de télévision et moins d’une dizaine de titres de presse quotidienne.

Vous lisiez les mêmes informations que vos voisins, et vous discutiez au bureau du film qui était passé à la télé la veille, que tout le monde avait vu.

Pour beaucoup de gens, c’est d’ailleurs encore le cas.

Votre choix de films était limité par l’offre du cinéma local et du loueur de VHS du coin de la rue.

Dans les librairies, vous ne trouviez que les best sellers. Qui étaient les mêmes dans toutes les boutiques.

Bref, notre monde, c’était celui de la culture de masse.

L’économie de niche, ou la culture de choix

La multiplication des médias et la dématérialisation des supports ont transformé la culture et l’information.

De six chaînes de télévison, de 10 journaux quotidiens et de 500 VHS, on est passé à plusieurs milliards de sites web, de blogs, de vidéos, de films, de livres numériques… Qui n’ont plus besoin d’être stockés physiquement, et qui sont accessibles immédiatement.

Que l’économie ait changé, c’est une évidence. Ce qui l’est moins, pour la plupart des gens, c’est l’impact gigantesque de ce changement sur l’accès à la culture.

Alors que la librairie du coin de la rue vend uniquement les quelques milliers d’ouvrages qui sont les plus lus dans le pays, Amazon réalise un quart de ses ventes sur les livres qui ne sont pas dans le top 100 000.

Ce que ça signifie, c’est qu’un quart des ventes d’Amazon concerne des ouvrages qui étaient inaccessibles auparavant. Et c’est énorme.

On entre dans une culture où ce ne sera plus l’animateur TV qui nous dira ce qu’on doit lire, ou quels films ont doit regarder. On ne rira plus forcément des 5 humoristes vedettes du moment, alors qu’il y en a plusieurs millions sur Youtube, autrement plus talentueux. On n’écoutera plus Claire Chazal tous les jours alors qu’on a accès à l’analyse d’un évènement d’actualité vu de tous les bords, et de tous les pays du monde.

Vous vous dites peut-être que ce n’est pas demain que le grand public se détournera de la culture de masse.
En réfléchissant au déclin de l’industrie de la musique, vous changerez peut-être d’avis.
Les maisons de disques qui s’évertuent à toujours pousser les mêmes artistes au talent médiocre souffrent de cette nouvelle culture. Même si elles tiennent le piratage pour responsable.

L’ennemi des maisons de disques, ce n’est pas le piratage. C’est le choix gigantesque que permet non seulement le piratage, mais aussi toutes les nouvelles plateformes de diffusion, qui sont légales, et qui favorisent la diversité au détriment des vedettes “officielles”. L’ennemi des maisons de disques, le vrai, c’est la culture de choix.

Un nouveau marketing

Il devient plus facile de vendre davantage de produits, ciblés sur des niches spécifiques, que de proposer un produit de masse, unique.

Tous les marchés de masse sont saturés. Par contre, il existe de gigantesques opportunités, des “mini-marchés” totalement vierges de concurrence, dans une infinité de niches.

L’idée, c’est de toucher beaucoup de petites cibles avec des offres spécifiques au lieu d’essayer de vendre un produit unique à la masse.

D’abandonner, aussi, les campagnes publicitaires sans aucun ciblage, qui coûtent trop cher et n’apportent que peu de résultats. De segmenter au maximum sa communication, pour toucher directement des groupes bien spécifiques.

Et ça, des milliers de marketeurs le font, tous les jours, sur Google Adwords par exemple. La publicité à la télévision et dans les journaux en est incapable.

Cesser de penser global, c’est la clé pour réussir dans cette nouvelle culture.

Pour aller plus loin, je vous recommande la lecture du livre La longue traine, de Chris Anderson.


"Créez et lancez votre première formation cette semaine :
Je crée une formation avec vous en 2 jours, du concept jusqu’aux 25 premières ventes" :
"Blogging : Le Système Complet
De Zéro jusqu’à la Rentabilité, en 30 Jours" :
“Vos Premiers 1000€ en 3 Jours :
La Méthode Accélérée pour Encaisser vos Premiers (vrais) Revenus en Ligne, dès Cette Semaine :” :
“Le Système Marketing Complet
pour Freelances & Indépendants…”

“Créer du Contenu ? C’est Facile…
Articles, Vidéos, Produits : la méthode rapide” :
“Gagnez Votre Vie
avec Votre Page Facebook :

La méthode pour générer des FANS, des CLICS et des VENTES en moins de 7 jours” :
"Je Vends Tout !
Liquidation Totale de Formations,
dans 1 Seul et Unique Pack" :

A lire aussi :