Votre business est-il en danger ? Beaucoup le sont, à cause de ça

Votre business a des problèmes que vous n’arrivez pas à régler?

Peut-être que vous manquez de clients, ou que vous avez parfois du mal à vous organiser ?

Peut-être que vous n’avez pas encore trouvé de solution pour inverser la tendance après un trimestre ou une année difficile ?

Devant des problèmes comme ceux-là, beaucoup de gens trouvent rapidement des excuses. Et arrêtent de chercher.

C’est la faute de l’économie.
C’est la faute des concurrents.
C’est la faute à pas de chance.

Content d’avoir trouvé la bonne excuse, ils se disent que ce n’est pas de leur faute, finalement. Et qu’ils ne peuvent rien y faire.

On ne pourra pas leur en vouloir : l’excuse est souvent bonne.
Et ils ne sont pas les seuls à l’avoir trouvée.

Certains cherchent des compagnons de malheur, des confrères qui eux-aussi ont les mêmes problèmes (et souvent les mêmes excuses). Et ils se confortent entre-eux, en se disant que si ça arrive aussi aux autres, alors c’est vraiment qu’on ne peut rien y faire.
Et du coup, ils se contentent de se plaindre, en attendant que la chance fasse un geste pour eux.

En général, le business de ces gens-là ne durent pas très longtemps.

Et si parfois, vous êtes tenté de les rejoindre, ou que parfois vos excuses vous semblent vraiment justifiées…

alors dites vous qu’on a réussi à marcher sur la lune.
Qu’on a réussi à inventer internet.
Et les smartphones.

Si vous disiez à quelqu’un il y a cent ans que vous cherchiez une solution qui vous permette d’aller sur la lune, tout le monde vous aurait ri au nez.

Parce qu’il y avait tellement d’excuses qui prouvaient que ce n’était pas possible.

Vos problèmes, ils sont un tout petit peu plus faciles à résoudre que celui qui consiste à vouloir marcher sur la lune.

Et si on a réussi à marcher sur la lune, alors vous pouvez trouver des solutions à vos problèmes.

Peu importe l’état de l’économie.
Peu importe la puissance de vos concurrents.
Peu importe les difficultés qui vous freinent.

La solution existe, quelque part.
Comme celle qui permettait d’aller sur la lune.
Elle est juste probablement un tout petit peu plus simple… et plus facile à trouver.

Les excuses, elles anesthésient l’action.
Elles empêchent la recherche d’une solution.
Parce que quand on y croit, à ces excuses, alors on n’a plus aucune raison de chercher.

Souvent, pourtant, la solution on l’a juste sous les yeux.
Mais pour la voir, il fallait continuer à chercher.

Et le danger qui menace vraiment votre business, ce n’est pas l’économie, ni la concurrence.
Ce sont les bonnes excuses.

INFO :
Si vous manquez de clients, vous devez voir ça : je vous montre comment trouver des clients et de visiteurs à partir de zéro… avec 6 méthodes peu connues…

Il reste moins de 48 heures avant le retrait des conditions actuelles : cliquez pour voir

A+

Jean.

Pourquoi vous devriez mettre vos couilles sur la table

Ça vous est déjà arrivé de ne pas oser dire vraiment ce que vous pensiez dans un article de blog ou une vidéo ?

Peut-être parce que vous vous attendiez à des réactions négatives dans les commentaires, ou sur Facebook et Twitter ?

Peut-être parce que vous étiez anxieux à l’idée de perdre des clients dans l’histoire, et de faire fuir de votre site les gens qui ne sont pas d’accord avec vous ?

Le problème, c’est qu’on est tous influencés par la politique de la “petite phrase”, où les journalistes, les politiciens et les blogueurs à court d’arguments vont relire tous les statuts d’un de leurs concurrents ou opposants sur plusieurs années, pour trouver LA phrase qui choque.

Regardez : on a l’impression que les ministres passent leur temps sur Twitter, à faire des concours de petites phrases, et à jouer les indignés, complètement outrés parce qu’un autre ministre, politicien ou journaliste a mal choisi l’un de ses mots dans le dernier statut qu’il a posté depuis la cuvette de ses toilettes.

Et du coup, les règles ont changé. Ce n’est plus à celui qui mérite de se faire remarquer. C’est à celui qui se CONFORME le plus avec une série de règles souvent non-dites.

Parce que s’il ne se conforme pas, alors il devra RENDRE DES COMPTES. Oui, rendre des comptes sur le dernier statut qu’il a posté pour déconner en rentrant d’un diner alcoolisé, ou en essayant de se réveiller en face de son café.

Et souvent, ça devient une affaire nationale qui fait la “une” de l’actualité.

Il y en a que ça occupe. Moi, vous l’avez compris, c’est pas trop mon truc. J’ai tendance, d’ailleurs, à respecter davantage ceux qui se foutent complètement de l’amicale des indignés, et qui ont un peu de couilles. Même si je ne suis pas d’accord avec eux… Et il se trouve d’ailleurs que je suis rarement d’accord avec ceux qui choquent le plus par les temps qui courent, mais que j’ai tendance à admirer leur courage.

Peu importe.

Le truc, c’est que maintenant, cette censure de “l’amicale des indignés” et de la “horde des outrés”, elle est devenue un élément du paysage. Elle fait partie du quotidien. De la normalité.

Et quand on voit ce que certains se prennent dans la face quand ils choisissent mal un mot… quand on voit des carrières brisées, des véritables mises au pilori médiatiques, façon plûmes et goudron 2.0, alors forcément, on réfléchit à deux fois avant de dire ce qu’on pense.

Et ça, ça nous empêche de créer du contenu UNIQUE.
Ça nous empêche de créer du contenu qui se DISTINGUE.
Ça nous empêche de créer du contenu qui N’EXISTE PAS AILLEURS.

Parce qu’on a pris l’habitude d’être tétanisé par ce que vont en penser les autres. Et qu’on est déformé par le battage médiatique de l’amicale des indignés.

Mais le truc… C’est qu’on a JAMAIS fait de bon contenu qui plaise à tout le monde. Ça n’existe pas.

Si vous voulez plaire à tout le monde, alors vous avez besoin d’arrondir les angles. De mitiger. D’affadir. D’enlever de la passion. Et de retirer la spontanéité.

Alors si par chance, vous arrivez à ne pas faire de la merde, le mieux que vous puissiez cuisiner, c’est une soupe sans goût. Un potage à l’eau chaude.

D’accord, ça ne va choquer personne.
Mais ça ne va émouvoir personne.
Ça ne va inspirer personne.
Et ça ne va jamais suffire pour transformer des inconnus en lecteurs et clients fidèles.

Si vous êtes blogueur, si vous êtes auteur, si vous êtes créateur de produits d’information… vous ne POUVEZ PAS vous permettre de servir de la soupe sans goût.

Même si ça choque quelques grincheux…

ON NE PEUT PAS ÊTRE VRAI SANS DÉPLAIRE À QUELQU’UN D’AUTRE.

Ce n’est pas possible.

Et il y a un truc qu’on oublie souvent, c’est que ceux qui ne sont pas choqués… ceux qui ne sont pas indignés… ceux, qui, même, partagent vos idées ou apprécient la façon dont vous les exprimez…

… Ceux là, MÊME si ils sont une INFIME minorité…

Ils vont devenir vos MEILLEURS FANS.
Ils vont devenir vos lecteurs les PLUS FIDÈLES.
Ils vont devenir vos MEILLEURS CLIENTS.

Parce qu’ils respectent -et parfois admirent- le fait que vous ayez des couilles. Et que vous les mettiez sur la table.
Même s’ils ne sont pas toujours d’accord avec vous.

Et ces gens-là, ils VALENT TOUT POUR VOUS.
Ils valent 100 fois plus que des lecteurs “moyens”… qui vous liraient comme ils lisent les news…
Ils valent 100 fois plus que des clients “moyens”… qui achètent un produit et puis s’en vont…
Ils valent 100 fois plus que TOUS LES AUTRES.

Parce que non seulement ils vont devenir vos plus fidèles lecteurs, et vos plus fidèles clients… mais ils vont aussi devenir CEUX QUI VONT FONT LE PLUS CONNAÎTRE. Parce qu’ils vont parler de vous.

Et on attire pas ces gens-là en leur servant de la soupe sans goût.
On les attire en étant différent des autres.
Et on les garde parce qu’on est souvent l’un des seuls dont ils respectent la franchise, quand tous les autres leur servent du fade, du mou, et de l’attendu.

En ASSUMANT vos opinions, en arrêtant de les atténuer avec des expressions comme :
- “Ça n’engage que moi…”
- “A mon humble avis…”
- “Au risque de choquer certains…”

METTEZ VOS IDÉES SUR LA TABLE.

Vous êtes convaincu que tel produit est le meilleur ?
Ne dites pas “A mon avis, mais ça n’engage que moi, ce produit est meilleur sous certains aspects…
Dites que c’est le meilleur. Point. Et si vous avez le temps, expliquez pourquoi tout le reste, c’est de la merde.

Vous êtes convaincu que telle idée est vraie ?
Ne dites pas “On peut ne pas être d’accord, mais je pense personnellement que telle idée est vraie”.
Dites que l’idée est vraie. Point. Et si vous avez le temps, expliquez pourquoi tout le reste, c’est du vent.

Vos lecteurs ne sont pas des huitres : ils sont capables de comprendre par eux-même que c’est votre opinion à vous que vous exprimez, et que vous n’êtes pas en train de vous prendre pour Moïse à dicter ce qui est vrai et faux, en connection directe avec l’au-delà.

Et même s’ils ne sont pas d’accord avec vous, ils vont vous respecter pour ça.

Parce qu’en arrêtant de les prendre pour des huitres, vous leur montrez du respect. Du respect que les autres ne leur donnent plus, en présupposant qu’ils ont le cerveau d’un crustacé, et qu’il faut donc penser pour eux (c’est la méthode des journalistes).

(C’est la raison pour laquelle j’ai utilisé ce titre-là pour cet article, même s’il n’y a pas que des hommes qui viennent ici. Parce que je ne prends pas les femmes qui me lisent pour des huitres : elles sont capables de comprendre le message sans pour autant être équipées physiquement de testicules.)

Et les “haters”qui vont vous contredire en vous insultant, s’il y en a, ils n’auraient de toute façon JAMAIS acheté chez vous. Ils ne seraient JAMAIS devenus vos lecteurs les plus fidèles.

Bref, ces gens-là, ils ne font PAS PARTIE de votre audience.
Ce sont des parasites, comme le bruit de fond qu’il y a dans n’importe quel enregistrement audio, qu’on essaye d’éliminer, mais qui revient toujours…

Ces gens-là, pour vous, ce n’est pas plus que du BRUIT. Et comme dans un fichier audio, le bruit, soit on l’élimine, soit on l’ignore. Mais on ne commence pas à l’écouter, parce qu’alors on passerait à côté de l’essentiel : ce qui compte vraiment.

Et ce qui compte vraiment, ce sont ceux qui vont vous respecter pour avoir le courage (de plus en plus rare) de dire tout simplement ce que vous pensez, et d’affirmer vos idées au lieu de vous en excuser par avance.

MÊME s’ils sont minoritaires, ce sont à eux et UNIQUEMENT à eux que vous écrivez quand vous rédigez un article.

Les autres -tous les autres- c’est du BRUIT PARASITE. Ils n’auraient pas dû lire votre article. Ils n’étaient pas dans la cible. L’article ne s’adressait pas à eux. Ils sont tombés dessus par erreur. Mais tant pis, ça ne change rien, du moment qu’on ne commence pas à les écouter.

On ne fabrique pas du contenu pour le monde entier. On parle UNIQUEMENT à ceux qui comptent vraiment.

Et quand on comprend ça, alors ça change TOUT.

Essayez : votre prochain article, ou votre prochaine vidéo, faites-là JUSTE pour les gens qui comptent le plus pour vous. Faites comme si les autres n’existaient pas. Comme s’ils étaient du bruit. De l’air. Du vent.

Et voyez si vous n’arrivez pas, sans un effort de plus, à enfin créer du contenu qui inspire. Qui fait vibrer. Et qui donne envie de mieux vous connaître, et de faire même un bout de chemin avec vous…

Parce que du coup, vous créez AUTOMATIQUEMENT une proximité avec les gens qui comptent. Vous ne parlez plus à une foule. Vous parlez à une famille. A des amis. Et ça fait toute la différence…

Alors, si vous avez besoin de commencer quelque part… parce qu’aujourd’hui pas assez de gens ne vous lisent encore, et que vous avez VRAIMENT besoin de visiteurs et de clients
Alors vous devez voir ce qu’il y a sur cette page.

Je vous y montre comment obtenir des visiteurs et des clients À LA DEMANDE, en partant de zéro, avec des méthodes que presque personne ne connaît

Si vous êtes parfois déçu parce que vous vous donnez à fond pour créer des articles ou des vidéos, et que presque personne ne les voit… alors vous avez BESOIN de connaître ces informations au plus vite

Parce que ces infos, elles peuvent tout changer pour vous.
Cliquez pour lire maintenant

A+

Jean.

Comment trouver des clients à partir de zéro

Comme beaucoup de gens, vous essayez peut-être de gagner votre vie avec un site web

Simplement, au bout d’un moment, vous vous rendez compte que vous n’aurez peut-être jamais assez de visiteurs pour en vivre.

Et vous n’êtes pas tout seul.
La plupart des gens comme vous sont dans le même cas.

Et quand on s’en rend compte, alors on se met à paniquer. Parce que tous les efforts qu’on a donnétoute la sueur et tous les espoirs qu’on a mis dans son projet… tout ça, ça ne vaut plus rien si il n’y a pas moyen d’avoir assez de visiteurs pour en vivre.

Alors on se met à chercher des infos sur les façons d’attirer une audience sur son site. On cherche à apprendre le référencement. On cherche à faire des partenariats. Et parfois, on achète aussi de la publicité.

Et souvent, c’est là que l’aventure se termine. Pour beaucoup.

Parce que soit ils réalisent qu’il leur faudra beaucoup trop de temps pour avoir assez de visiteurs pour en vivre… et ils se découragent… soit ils n’ont pas un budget suffisant pour acheter assez de publicité…

Alors ils éteignent la lumière. Ou bien ils laissent simplement leur site en plan, jusqu’à ce que leur .com expire.

Et s’il existait une manière d’avoir JUSTE ASSEZ de visiteurs pour en vivre (ou même un peu plus, tant qu’à faire)…
SANS faire de référencement ?
… SANS acheter de publicité ?
SANS être dans le carnet d’adresses des “influents” et des journalistes ?
… SANS devoir quémander des partenariats ?
et SANS devoir attendre des mois ou des années ?

Beaucoup de gens pensent que la réponse est NON.
Et c’est bien normal : si ça existait, ça se saurait.

Et pourtant :

On voit parfois des sites web qui étaient complètement inconnus 24 heures avant (et parfois, qui n’existaient même pas encore)… se retrouver sur le devant de la scène et accumuler des milliers, parfois des dizaines de milliers de visiteurs

Des sites dont, tout d’un coup, les journalistes et les blogueurs parlent à tour de bras, parce qu’ils font maintenant partie d’une actualité qui fait du buzz….

Souvent, ça ne dure pas longtemps. Mais ça arrive tout le temps.

Comment font ces gens-là ?
Est-ce que ça leur arrive toujours par hasard ?
Est-ce qu’il y a des points communs entre ce qu’on fait ces sites là pour arriver à faire parler d’eux ?
Et est-ce qu’on pourrait transformer ces points communs en une série de “recettes” simples, facile à recopier ?

Pendant deux ans, de 2005 à 2007, ça a été mon obsession.
Une obsession pour les mécanismes qui ont permis à ces sites-là d’arriver sur le devant de la scène.

J’avais isolé trois techniques, qui semblaient marcher à tous les coups, “en théorie”. Des techniques toutes simples, qui permettaient d’avoir un afflux de visiteurs quasi-instantanné.

Et puis ces 3 techniques, je les ai testées.

Le résultat ?

UNE SEULE de ces 3 techniques m’a permis de faire passer un site de ZÉRO à 40 000 visiteurs uniques par JOUR, en 2007…
(Il s’agissait d’un forum, mais la même technique peut s’appliquer facilement pour faire connaître un blog ou un site d’e-commerce).

J’avais utilisé une stratégie un peu bizarre, qui consistait à convaincre les journalistes et les blogueurs de parler de mon site, en suivant tout un process détaillé

Je n’aurais pas imaginé, non plus, que les plus gros blogueurs francophones puissent parler d’un site web à peine lancé, et qui plus est, d’un site web qui va à l’opposé des opinions de la plupart d’entre-eux.

Pourtant, c’est ce qui s’est passé juste quelques semaines après que le blog que vous êtes en train de lire ait été lancé. J’étais un inconnu. Et les plus gros blogs francophones -par dizaines- ont parlé de moi, du jour au lendemain, et m’ont envoyé des milliers de visiteurs en moins de 24 heures.

Simplement parce que l’astuce que j’avais mise au point sur papier avait fonctionné.

Ça n’arrive pas toujours, mais cette fois-ci, ça a explosé. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles je suis ici, cinq ans après, pour vous en parler. C’est cette astuce précise qui a amorcé Webmarketing Junkie.

Et je vais vous montrer tout de suite comment j’ai fait

Mais il n’y a pas que ça.

Depuis 2007, j’ai eu le temps de tester d’autres méthodes. Certaines n’ont jamais marché. Mais d’autres m’ont bluffé. Leurs résultats m’ont parfois mis sur le cul. Littéralement…

Ce ne sont pas toujours des méthodes “visibles”. Pas forcément des méthodes utilisées par les sites qui font du buzz. Mais des méthodes que certains semblaient exploiter en sous-main pour amasser du trafic “sous le manteau”

Ces astuces, elles n’ont rien de miraculeux. Vous allez le comprendre en découvrant leurs mécanismes : elles sont même toutes simples. Simplement, PERSONNE ou presque n’y avait encore pensé.

Elles utilisent des mécanismes parfois étranges, ou bien elles détournent certains supports pour en faire autre chose… Et même, dans certains cas, elles utilisent des méthodes de persuasion un peu machiavéliques…

Mais elles marchent.

Si vous avez parfois l’impression que vous êtes bloqué à un nombre de visiteurs qui ne vous permet pas de vivre de votre site, et que les méthodes traditionnelles sont limitées…

Si vous avez parfois l’impression que les méthodes traditionnelles sont utiles pour maintenir le trafic d’un site existant… mais pas assez radicales pour amorcer les visites d’un nouveau site du jour au lendemain

Ou tout simplement si vous avez parfois le sentiment que les méthodes traditionnelles ne peuvent QUE donner des résultats traditionnels, c’est à dire moyens

Alors vous avez besoin d’autre chose.

Et ce dont vous avez vraiment besoin, ce sont des méthodes astucieuses, que peu de gens connaissent (parce que ceux qui les connaissent les gardent souvent pour eux)… et qui vous permettent non plus “d’augmenter vos visites”…. mais de GÉNÉRER DES VISITEURS EN MASSE, À LA DEMANDE.

Pas par centaines. Par milliers.
Et pas en plusieurs mois. Mais en QUELQUES JOURS.

Et pas seulement des visiteurs pour faire joli dans vos statistiques…
Mais des visiteurs qui ACHÈTENT VOS PRODUITS tout de suite.

Et si c’est ça que vous cherchez, alors vous tombez bien :

Je viens de réunir les 6 stratégies qui ont le mieux fonctionné pour moi, et pour mes proches et certains clients avec lesquels je les ai partagées en privé, et qui leur ont permis d’obtenir un afflux de visiteurs (et surtout de clients) quasi-instantanné…

Et ces 6 stratégies, j’ai décidé de vous les mettre à disposition. En vous expliquant en détail comment vous pouvez les utiliser facilement, avec n’importe quel site web

SANS devoir connaître PERSONNE parmi les “influents” de votre thématique…
SANS avoir UN SEUL visiteur existant sur votre site à l’heure actuelle…
Et MÊME si vous venez de lancer votre site aujourd’hui-même…

Il y a juste un problème :

Si vous cherchez à apprendre les détails du référencement sur les moteurs de recherche, alors vous n’êtes pas au bon endroit.

Si vous cherchez à apprendre comment optimiser des campagnes de pub Adwords ou Facebook, alors vous n’êtes pas au bon endroit.

Et si vous cherchez un cours théorique sur l’histoire du trafic web à travers les âges, alors vous n’êtes pas non plus au bon endroit.

Parce que l’objectif, dans ce programme, c’est de vous donner des ASTUCES. Des RACCOURCIS. Des méthodes PRATIQUES, que vous n’avez qu’à recopier.

Des méthodes qui marchent tout de suite, et qui sont faciles et rapides à déployer.

Et dans quelques minutes, vous allez avoir entre les mains le programme audio complet, qui vous “prend par la main”, même en commençant de zéro, jusqu’à avoir assez de visiteurs pour en vivre…

Mais juste un truc, avant de vous montrer ça :

Ce qui vous intéresse, ce n’est pas forcément d’avoir des visiteurs pour avoir des visiteurs. C’est d’avoir des visiteurs pour FAIRE DES VENTES

… Et la vérité, c’est que les visiteurs ne sont pas égaux. Certaines sources de trafic sont faciles à exploiter, mais ces visiteurs-là ne vont JAMAIS se transformer en clients.

Et nous, ce qu’on cherche, ce sont les visiteurs qu’on peut transformer DIRECTEMENT en CLIENTS. Et c’est la raison pour laquelle certaines des méthodes qui suivent vous donneront MOINS de visiteurs que les autres, mais des visiteurs qui valent souvent 50 ou 100 fois plus en termes de VENTES

Vous êtes prêt ?

Voici ce que vous allez apprendre :

1. Le détournement de places de marché :

Cette première stratégie s’adresse aux gens qui vendent des produits, et qui sont UNIQUEMENT intéressés par les visiteurs qui PASSENT À LA CAISSE directement.

Vous allez apprendre comment générer des visiteurs en petit nombre (contrairement aux autres méthodes)… mais des visiteurs QUI PASSENT TOUT DE SUITE à la caisse et qui “valent” souvent entre 50 et 100 fois les visiteurs classiques.

Il y a deux endroits précis où les trouver, et je vous montre comment faire en détail.

Cette technique à elle seule suffit la plupart du temps à obtenir assez de visiteurs pour en vivre.

2. La stratégie du “cheval de Troie” :

Elle consiste à s’incruster sur un support qui ne vous appartient pas, pour y récupérer des visiteurs qui se transforment en clients.

Là encore, la valeur d’un visiteur est beaucoup plus élevée qu’avec n’importe quelle technique classique pour obtenir des visiteurs

… Parce que vous tapez directement dans des NIDS de clients, qui sont prêts à sortir leur CB pour acheter des produits exactement comme les votres

3. La méthode à 20 euros :

C’est la seule des 6 qui va vous coûter de l’argent. Mais rarement plus de 20 euros.

Je vous montre comment transformer un billet de 20 euros en CLIENTS (et pas en visiteurs “lambda”)… SANS acheter de trafic, mais en détournant un support que la plupart des gens ont oublié.

Inclus : les mots EXACTS à recopier pour que ça marche, + la méthode complète…

4. La “mise à profit” d’influenceurs :

Cette méthode est franchement vicieuse, mais elle marche.

Vous allez convaincre les “influenceurs”, les “gourous” et les “pontes” de votre thématique de parler de vous. En détournant leur attention vers un appât, comme quand on pêche le gardon.

Et ça marche même si vous ne connaissez personne, si vous venez de démarrer, et si ces gens-là ne vous ont jamais parlé, et ignorent même votre existance

Je vais vous montrer comment les convaincre en 2 temps de parler de vous sur leur blog, et sur leurs comptes Facebook et Twitter.

Certains vont crier à la manipulation en découvrant cette méthode-là, mais peu importe. Ça marche.

5. La mise à profit d’influenceurs, version 2

Une déviation de la même méthode, qui demande encore moins de travail. C’est à vous de choisir : vous pouvez utiliser l’une ou l’autre, ou bien combiner les deux pour davantage de résultats.

Cette version 2 a l’avantage d’être beaucoup plus rapide à mettre en place… elle est juste un tout petit peu plus machiavélique (vous allez voir comment on utilise un influenceur pour convaincre ses “confrères” de parler de vous…)

6. L’appât à journalistes

Si vous voulez du trafic en masse, essayez cette sixième méthode.
Elle marche avec les journalistes, et aussi avec les blogueurs. Elle demande plus de travail que les autres, mais elle va faire parler de vous.

Si on vous a toujours dit d’envoyer des communiqués de presse pour parler de votre site ou de vos produits, alors vous allez être étonné… parce que c’est tout l’inverse.

En utilisant cette méthode un peu étrange, j’ai réussi à faire parler d’un site alors inconnu sur des grands titres de la presse nationale, sur les plus grands sites d’info sur l’informatique et les technologies, et même dans plusieurs magazines étrangers
Tout seul, depuis mon salon.

Certaines de ces méthodes, vous les connaissez peut-être : j’ai déjà parlé de certaines d’entre-elles en privé, lors de rencontres avec des membres, et dans des anciennes formations (si vous venez de débarquer ici, par contre, vous n’en connaissez certainement aucune, parce que personne d’autre n’en parle).

Ces méthodes, je ne les avais jamais encore TOUTES réunies UN SEUL programme, facile à appliquer, du début jusqu’à la fin.

Alors en lisant ces lignes, vous êtes peut-être sceptique.
C’est bien normal, et vous n’êtes certainement pas le seul à l’être.

Et d’ailleurs, je ne vous promets pas que toutes ces stratégies vont marcher pour vous (la troisième stratégie est un peu… osée, par exemple, et je sais que certains hésiteront à l’utiliser).

Mais imaginez ce qui se passerait si ne serait-ce qu’UNE SEULE de ces stratégies fonctionnait pour vous. Une seule. Une sur six.
Soit à peu-près 15% seulement de tout ce que vous allez apprendre…

UNE SEULE de ces techniques m’a suffi pour lancer un site qui est passé de zéro à 40 000 visiteurs en quelques mois

UNE SEULE de ces techniques m’a suffi pour lancer le blog que vous lisez, et qui rassemble des milliers de lecteurs et clients depuis cinq ans…

UNE SEULE de ces techniques pourrait vous permettre enfin de ne plus JAMAIS avoir à vous soucier du trafic de votre site.

Et vous n’allez pas en avoir qu’une seule entre les mains. Vous allez EN AVOIR 6. Détaillées et expliquées pas-à-pas. Prêtes à être “recopiées”… et donc faciles à tester.

Même dans le cas étonnant où 5 techniques sur 6 échoueraient (soit un taux d’échec de plus de 80%…)… vous serez toujours gagnant. Vous aurez quand même RÉSOLU DÉFINITIVEMENT le problème du trafic de votre site….
… Et RÉSOLU DÉFINITIVEMENT le problème de savoir comment trouver des clients

Et c’est précisément pour CETTE RAISON que ça peut valoir franchement le coup de saisir l’opportunité.

Parce que si vous la laissez passer, cette opportunité, alors TOUT RECOMMENCE À ZÉRO :

  • Il faudra se remettre à apprendre le référencement à chaque nouveau changement de Google… et bosser dessus quasi à temps-plein… tout en étant dépendant des changements à venir…

  • Il faudra continuer à quémander des partenariats, juste parce que ça rapporte 100 ou 200 visiteurs par ci ou par là…

  • Il faudra continuer à faire du social avec des boulets et des “haters” sur Facebook et Twitter, en priant pour que ça nous rende visible et qu’on obtienne 500 ou 1000 visiteurs en plus…

  • Il faudra continuer à prier qu’un jour, un journaliste ou un “influent” nous découvre et parle enfin de nous…

Et tout ça… sans AUCUNE certitude que les visiteurs accumulés avec ces techniques-là se transforment un jour en clients

Alors est-ce que ça vaut la peine d’essayer quelque chose de nouveau ?
C’est à vous de voir.
Personne ne peut le décider pour vous.

Mais simplement, il faut savoir que les méthodes que vous allez découvrir tout de suite ne sont pas habituelles.
Elles peuvent choquer, et elles vont troubler bisounours du blogging et du business, ceux qui croient qu’en étant gentil et sympa, on “mérite” des clients, et qu’on peut vraiment gagner sa vie comme ça, parce qu’on le “mérite”.

C’est joli à lire, ça fait du bien de croire que c’est vrai, mais malheureusement ça n’existe qu’au pays de Bambi.

Moi, je suis vacciné contre les Bisounours du business.
Parce que j’ai déjà essayé, et j’ai vu ce que ça donne…
Mais ce n’est pas le cas de tous ceux qui me lisent.

Alors c’est à vous de décider si vous voulez tester un programme qui, même si vous en utilisez ne serait-ce qu’UN SIXIÈME… peut tout changer pour vous
(Et libre à vous, bien sûr, de tout utiliser…)

Il y a juste UNE PETITE CHOSE qui va faire la différence entre ceux qui décident de se lancer tout de suite et les autres :

Le coût du programme augmente de 50 euros ce samedi à l’aube.

Ça veut dire qu’il reste moins de 48 heures pour le télécharger intégralement aux conditions actuelles. Et ceux qui le téléchargent après samedi matin devront payer presque le TIERS de son coût actuel.

Maintenant, si vous voulez en FINIR DÉFINITIVEMENT avec vos problèmes de trafic, et surtout en FINIR DÉFINITIVEMENT avec le manque de clients, alors cliquez ici tout de suite pour commencer immédiatement :

Comment ça marche, concrètement ?

Il s’agit d’un programme audio, où je vous parle comme si on était ensemble, vous et moi, autour d’une table. Et vous allez pouvoir tout appliquer facilement tout de suite, depuis le confort de votre bureau.

C’est la façon la plus efficace pour travailler ensemble (et la plus rapide pour obtenir des résultats) : c’est comme si on était vous et moi autour d’une table : vous m’avez dans les oreilles, et pendant ce temps, vous appliquez simplement les instructions sur votre clavier, ou avec un stylo.

Et les stratégies que vous allez découvrir tout de suite vont vous être utiles MÊME si vous avez déjà des visiteurs en quantité, et MÊME si vous êtes un “dieu” du référencement et des partenariats avec les influents.

Parce que ce que vous allez apprendre n’a RIEN À VOIR avec le reste. Et du coup, vous allez pouvoir CUMULER ces stratégies avec les méthodes que vous utilisez aujourd’hui.

Et si elles fonctionnent davantage, alors vous allez même pouvoir abandonner les tâches les plus rébarbatives que vous devez faire tous les jours ou toutes les semaines aujourd’hui, pour générer le trafic dont vous avez besoin.

Et si au contraire, vous débutez, alors vous avez le choix. Vous pouvez prendre la route la plus longue et la plus difficile. Qui est aussi la plus risquée. Vous pouvez acheter tous les bouquins sur le référencement, suivre des séminaires ou des formations à plusieurs milliers d’euros, et y passer des années… au risque que tout soit détruit par un prochain changement important de Google (comme ça arrive tous les deux ou trois ans : je vous parle en connaissance de cause, j’ai gagné mes premiers 10 000 dollars en spammant Google, en 2004… pour me retrouver quasiment à la rue le mois suivant)…

Vous avez le choix entre ça, et entre quelque chose de nouveau. Une boîte à outils de 6 stratégies radicales et simples à utiliser, qui peuvent vous donner des résultats tout de suite.

C’est à vous de choisir TOUT DE SUITE : la formation complète est dispo ici MAINTENANT pour la MOITIÉ de son prix jusqu’à jeudi matin seulement, en téléchargement IMMÉDIAT :

A+

Jean.

Je vide mon sac et je vous montre TOUT (inclus : ma pochette à slips)

Vous avez déjà rêvé de vivre sur les routes, en mode “Digital Nomad”, mais ressembler à un hippie échappé d’un camping, et transporter des vieux t-shirts fourrés en vrac dans un sac de plage, c’est pas vraiment votre idée du confort ?

Voici comment vivre en voyage avec classe, quand on préfère les beaux hôtels aux campings… et en faisant TOUT rentrer dans une petite valise

Cette valise, elle contient de quoi vivre confortablement SANS LIMITE DE TEMPS : une semaine de fringues, du matériel de repassage, une tondeuse et un rasoir électrique, du matériel vidéo, une enceinte, de l’électronique, et une paire de chaussures.

Bref, exactement TOUT ce dont on a besoin pour vivre confortablement. Mais sans le superflu… et sans passer pour le frère caché des Gipsy Kings.

Voici comment je m’organise quand je vis sur les routes -j’ai vidé mon sac devant vous, en vidéo :

A+

Jean.

Une histoire d’odeurs de dessous de bras qui pourrait bien vous rapporter de l’argent

Je voudrais vous raconter une petite histoire.
Et c’est une histoire d’odeur de dessous de bras.

Cette histoire, je ne l’ai pas inventée. Le publicitaire mythique Eugene Schwartz en parlait il y a très longtemps dans son livre Breakthrough Advertising.

Il était une fois une entreprise qui inventa le premier savon à même de venir à bout des odeurs de dessous de bras.

À l’époque, les savons classiques n’étaient pas assez efficaces pour ça, et le déodorant n’existait pas encore. Du coup, beaucoup serraient les épaules pour éviter d’incommoder leur entourage.

Jusqu’à ce qu’un savonnier invente le premier produit capable d’anéantir l’odeur en question.

Ce savon, bien qu’il soit seul à fonctionner contre les odeurs de dessous de bras, le savonnier n’arrivait pas vraiment à le vendre.

Pourquoi ? Tout simplement parce que quand les autres savons, moins efficaces, sentaient la lavande de provence, le citron ou l’orange… ce savon-là puait le produit chimique.

Dès qu’on ouvrait l’emballage en papier, c’était intenable : une odeur d’hôpital vous prenait à la gorge. Une odeur dont on ne voulait pas sur nous.

Alors le savonnier est allé voir un publicitaire, pour lui demander de l’aide.

Est-ce qu’il était possible de convaincre les gens d’acheter son produit miracle, malgré l’odeur de produits chimiques qui prenait à la gorge ?

Et c’est là que le publicitaire a eu un coup de génie

Au lieu d’essayer de minimiser l’inconvénient, au lieu de dire aux clients “non, ça ne pue pas vraiment”… il a fait tout le contraire.

Ce qu’il a fait, c’est qu’il a rédigé une publicité en commençant par avouer le problème. Dès les premières lignes. Et puis en transformant le problème en argument de vente

Et ce qu’il a écrit, en paraphrasant, c’est ça :

Les savons grand public ne viennent pas à bout des odeurs de dessous de bras. Ça veut donc dire qu’il vous faut trouver une autre solution.

Et ce savon, ce n’est pas un savon ordinaire. Vous allez le remarquer dès que vous allez ouvrir l’emballage : il émane une odeur de produits chimiques et d’hôpital qui vous prend tout de suite à la gorge.

C’est normal : ce n’est pas un savon grand public.
C’est un savon de grade médical.

Parce que les savons grand public ne fonctionnent pas, alors il vous faut autre chose. Et à un problème aussi persistant que les odeurs de dessous de bras, il vous faut une solution radicale : un savon professionnel.

Dès que vous allez ouvrir l’emballage, vous allez vous rendre compte que ça ne sent pas comme un savon ordinaire. Vous allez vous rendre compte tout de suite que vous avez affaire à un produit médical. Et c’est la raison pour laquelle c’est le seul qui marche.

Le résultat ? Les gens se sont mis à acheter le savon qui sentait l’hôpital.

La morale de l’histoire, c’est que souvent, c’est une mauvaise idée de minimiser les défauts de votre produit.

Au contraire, vous pouvez souvent les transformer en arguments de vente.

Un guide pratique qui est un peu court, ça devient une méthode express, qui permet d’avoir des résultats beaucoup plus rapidement qu’avec un manuel long, théorique et difficile à comprendre…

Un événement organisé loin des grandes villes, et peut-être même en pleine campagne, ça devient un stage en immersion complète, sans les interférences et les interruptions du quotidien, où on apprend vraiment à se connaître (comme les événements que j’ai organisé dans un village, en plein milieu de la campagne de Transylvanie)…

Un logiciel de traitement de texte qui a moins de fonctions que ceux des concurrents, ça devient un logiciel minimaliste, sans distractions, et qui permet de se concentrer plus facilement sur l’écriture (comme celui que je suis en train d’utiliser pour rédiger cet article)…

Et vous, quels sont les désavantages de votre produit ?
Et comment est-ce que vous pourriez les tourner en arguments positifs ?

Regardez ça : je vous montre comment j’ai réussi à créer une page qui vend à 10% des visiteurs… étape par étape (j’ai tout décortiqué)…

Si vous avez l’impression de ne pas vendre assez, alors vous devez regarder cette page tout de suite. Ce que vous allez découvrir en a déjà étonné plus d’un

A+

Jean.

12345